ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Un premier trimestre fructueux

Phi­lippe Gau­thier face aux ques­tions des Savio­tins

Le conseil de classe du 15 décembre a mon­tré que le pre­mier tri­mestre de l’année sco­laire 2017 – 2018 à l’École-Collège Savio avait été fruc­tueux : les enfants ont fait de gros pro­grès, autant sur le plan sco­laire que sur le plan per­son­nel. À Savio, on se pré­oc­cupe d’abord de l’humain pour que les enfants reprennent confiance en eux. Ce n’est qu’après cette pre­mière étape que nous pour­rons leur redon­ner le goût des études.

Chez les « anciens », c’est-à-dire ceux qui étaient déjà pré­sents à Savio avant la ren­trée sco­laire de 2017, le tra­vail effec­tué en début d’année civile a por­té ses fruits après les vacances. C’est sou­vent le cas. La paren­thèse des congés d’été est pro­pice à la matu­ri­té des enfants. Nous avions quelques cas déli­cats d’élèves de 4e à la fin de l’année sco­laire que nous sou­hai­tions voir pas­ser en 3e. Fina­le­ment je suis heu­reux de consta­ter que, pas­sés en 3e, ils sont dans la norme, réflé­chissent, s’appliquent et par­ti­cipent. Ce sont des enfants qui ont la volon­té de s’en sor­tir et de l’amour-propre, clé de voute de la réus­site.

C’est d’ailleurs le constat qu’ont fait les nom­breux inter­ve­nant exté­rieurs de cette période de fin d’année qu’il s’agisse de l’écrivain Phi­lippe Gau­tier ou des membres de la troupe Onde de Chok ou bien encore d’Éric Cha­pel de l’Espace Men­dès France : les Savio­tins par­ti­cipent acti­ve­ment aux acti­vi­tés qui leur sont pro­po­sées et n’hésitent pas à poser des ques­tions. Leur parole est libre et plu­tôt bien struc­tu­rée.

Les nou­veaux, et ils étaient nom­breux cette année presque la moi­tié de nos effec­tifs, se sont bien accli­ma­tés à Savio et ont for­mi­da­ble­ment évo­lué en l’espace de quatre mois. Lorsqu’ils arrivent pour la pre­mière fois chez nous, les enfants sont tous dans la même galère et en conflit avec l’école. Nous met­tons tout en œuvre pour ten­ter de régler ce pro­blème avec eux.

Par­mi les enfants que nous avons accueillis cette année sco­laire, beau­coup étaient plus jeunes que d’habitude et nos classes de pri­maire se sont étof­fées. Cer­tains étaient désco­la­ri­sés, ce qui est un phé­no­mène nou­veau. Le pro­fil des enfants est en train de chan­ger et ne peut se com­pa­rer avec celui des enfants qui nous arri­vaient il y a vingt ans.

Enfin pour clore ce pre­mier tri­mestre, j’ai eu l’agréable sur­prise de rece­voir un appel télé­pho­nique de Kha­lil, élève chez nous en 2 000 et dont je n’avais jamais eu de nou­velles. Il m’a annon­cé qu’il était deve­nu pro­fes­seur de Lettres à la Sor­bonne, à Paris. Toutes mes féli­ci­ta­tions vont à ce jeune homme qui m’a dit que le lien n’était pas cou­pé avec Savio, ce dont je me réjouis !

À la ren­trée de jan­vier 2018, pour mettre en appé­tit ceux qui reviennent, nous conti­nue­rons à tra­vailler le par­cours san­té, com­plé­tant ce qui a déjà été fait, le sport et la cui­sine seront encore à l’honneur, des auteurs de théâtre et des écri­vains nous ren­dront visite et une juriste de Niort vien­dra nous entre­te­nir des droits et devoirs des enfants. Des sor­ties sont éga­le­ment pro­gram­mées. Je ne vous en dis pas plus pour le moment il faut lais­ser la place à quelques sur­prises, mais comme vous vous pou­vez le consta­ter je vus attends le pied ferme !

Chris­tophe Labrousse – 2 jan­vier 2018