L’équipe éducative

Chris­tophe Labrousse, direc­teur fon­da­teur du Col­lège Domi­nique Savio, a éla­bo­ré au fil des années un ensei­gne­ment basé sur plu­sieurs méthodes péda­go­giques inno­vantes qui tiennent compte de la per­son­na­li­té et de l’histoire de chaque élève. Édu­ca­teur expé­ri­men­té et pas­sion­né, il anime une équipe d’enseignants-éducateurs impré­gnés de ses prin­cipes et pré­ceptes.

Chris­tophe Labrousse enseigne les matières à conno­ta­tion artis­tique : le fran­çais, la phi­lo­so­phie, les arts plas­tiques, l’histoire de l’art, la musique et le chant, l’anglais et l’histoire-géographie.

Outre son DEUG d’histoire de l’art et sa licence de lettres modernes, il a sui­vi de nom­breuses for­ma­tions spé­ci­fiques : gra­pho­lo­gie, psy­cho­lo­gie de l’enfant, mor­pho-gra­pho­lo­gie, ortho­pho­nie. Par ailleurs, il s’intéresse au yoga, à la sophro­lo­gie et au shi-atsu car il estime qu’une cer­taine maî­trise du corps et de l’esprit peut conduire à la séré­ni­té.

Enfin, il fait en sorte que de nom­breux inter­ve­nants, repré­sen­tant des dis­ci­plines variées, viennent ani­mer des ren­contres au col­lège avec tou­jours le même objec­tif : ouvrir les Savio­tins au monde.

Isa­belle Labrousse est un per­son­nage fon­da­men­tal dans la vie du Col­lège Domi­nique Savio. Elle est l’indispensable com­plé­ment de son époux Chris­tophe Labrousse, le libé­rant des tâches admi­nis­tra­tives sou­vent lourdes pour qu’il joue à fond son rôle de « tête pen­sante » et s’occupe de la péda­go­gie, effec­tue ses propres cours et repré­sente le col­lège lors d’interventions exté­rieures.

Tout en assu­rant le bon fonc­tion­ne­ment de la mai­son­née, elle accueille les parents et enfants lors de nou­velles ins­crip­tions et pré­cise que ces der­niers ne sont accep­tés, que s’ils sont d’accord pour inté­grer le Col­lège Domi­nique Savio.

En effet quand on arrive ici « on tourne la page pour com­men­cer autre chose, autre­ment » explique-t-elle. Elle s’occupe d’ailleurs du rela­tion­nel avec les parents durant toute la sco­la­ri­té de l’enfant au col­lège.

Isa­belle assure les cours des « petits », repre­nant les bases des cinq années de pri­maire. Elle éla­bore le plan­ning pour l’année à venir en se fixant des objec­tifs de remise à niveau adap­tés à cha­cun.

Elle ne se cloi­sonne pas dans une seule méthode et applique celle qui convient le mieux à la per­son­na­li­té de l’enfant. Elle a l’énorme res­pon­sa­bi­li­té de faire en sorte que les enfants soient prêts à rece­voir et à pro­fi­ter plei­ne­ment de l’enseignement des pro­fes­seurs des plus grandes classes.

Bien sou­vent il faut reprendre l’apprentissage de la lec­ture, des codes de la vie en socié­té pour cer­tains, enri­chir leur voca­bu­laire et leur ensei­gner à com­mu­ni­quer. C’est une étape essen­tielle pour le futur de la sco­la­ri­té de l’enfant.

Son écoute, sa pro­fonde gen­tillesse et son intel­li­gence des situa­tions font qu’elle gère effi­ca­ce­ment les situa­tions les plus déli­cates pour le plus grand bien de tous.

Chan­tal Lai­det a tou­jours eu un faible pour les matières scien­ti­fiques et c’est tout natu­rel­le­ment, qu’après un Bac D, elle s’est plus par­ti­cu­liè­re­ment orien­tée vers les mathé­ma­tiques, la phy­sique, la chi­mie et les sciences de la vie de la terre, tout en fai­sant vali­der un diplôme propre aux écoles hors-contrat.

Femmes dyna­mique à l’esprit ouvert, Chan­tal par­ti­cipe avec bon­heur à l’aventure du Col­lège Domi­nique Savio depuis sa créa­tion en 1996 et enseigne ses matières de pré­di­lec­tion aux 4e et 3e ain­si que, depuis deux ans, l’éducation civique à par­tir d’articles parus dans la presse écrite.

Elle a vu pas­ser beau­coup d’enfants en vingt ans et constate que s’ils se sentent bien et sont heu­reux, on peut semer beau­coup de graines. Certes, des graines se perdent mais pas toutes.

Chan­tal adore le métier d’enseignant tel qu’il est conçu au Col­lège Domi­nique Savio, un métier évo­lu­tif où l’on apprend tous les jours et com­por­tant de nom­breux échanges avec des élèves qui apportent autant qu’on leur donne.

Chantal Laidet Professeur mathématiques

Jor­dan Veillon est titu­laire d’un BEPA (Bre­vet ser­vices aux per­sonnes), d’un Bac­ca­lau­réat pro ser­vice en milieu rural et d’un BPJEPS (Bre­vet pro­fes­sion­nel de la jeu­nesse, de l’éducation popu­laire et du sport).

Il se des­ti­nait plus à tra­vailler dans le social que dans l’enseignement , jusqu’au jour où, dans le cadre de ses études, il a fait un stage au col­lège Domi­nique Savio. Séduit par l’ambiance et la pos­si­bi­li­té d’effectuer un tra­vail en pro­fon­deur auprès des ado­les­cents, une tranche d’âge qui l’intéresse par­ti­cu­liè­re­ment, il a accep­té la pro­po­si­tion de Chris­tophe Labrousse de rejoindre l’équipe en novembre 2015.

Jor­dan est en charge du sport et des cours d’Espagnol de la 5e à la 3e et assure la pro­gram­ma­tion des après-midi de la « Jour­née Cultu­relle » du mer­cre­di. En fin d’après-midi, il est concer­né par l’étude, le dîner et la pré­pa­ra­tion de la nuit, moment impor­tant où la séré­ni­té de l’enfant doit être pri­vi­lé­giée.

Il s’épanouit dans son tra­vail et cela se sent. Son objec­tif prin­ci­pal est de faire pro­gres­ser les enfants dans la bonne direc­tion et de les aider à se décou­vrir eux-mêmes. Sa plus grande fier­té est de les voir réus­sir.

La col­lège a trou­vé « SA » cui­si­nière en la per­sonne d’Amé­lie Dorin, une jeune femme d’une tren­taine d’années qui res­pire la joie de vivre. C’est tou­jours bon signe chez une cui­si­nière !

Amé­lie réa­lise une cui­sine fami­liale, tota­le­ment faite mai­son et qui lui per­met de faire décou­vrir les vrais saveurs à ses invi­tés quo­ti­diens. Elle estime avoir un rôle édu­ca­tif au même titre que les autres ensei­gnants et déclare que plus tôt on forme le goût des enfants, mieux c’est pour eux.

C’est une tâche qui la pas­sionne d’autant plus que les élèves du col­lège sont en demande et viennent lui poser des ques­tions. Il est néces­saire, dit-elle, d’expliquer aux Savio­tins ce qu’ils ont dans leur assiette et à quoi cela res­semble avant d’être cuit, c’est la pre­mière étape pour en faire des indi­vi­dus équi­li­brés qui pren­dront plai­sir à se res­tau­rer.

Amé­lie aime cui­si­ner, elle le fait avec amour et de fac­to sa cui­sine est goû­teuse

Caro­line Leduc est arri­vée à Savio en 2015 pour effec­tuer un stage de 14 semaines dans le cadre d’une pré­pa­ra­tion aux concours sociaux, afin de se pré­sen­ter au concours moni­teur édu­ca­teur.

Elle a accep­té avec joie, à la ren­trée 2016 – 2017, de venir ren­for­cer Isa­belle auprès de la jeune classe. Elle s’occupe des CE.

Caro­line a rapi­de­ment trou­vé ses marques au col­lège et comme elle le dit elle-même, c’est la pre­mière fois de sa vie qu’elle s’épanouit autant dans un tra­vail.

On la sent atten­tive aux dif­fé­rences des enfants qui lui ont été confiés ain­si qu’à la manière dont ils pro­gressent.

Emma­nuel Schoch est res­pon­sable de la nuit, un moment impor­tant où il faut cal­mer le jeu en dou­ceur pour que les enfants se reposent et soient en pleine forme au réveil.

Il assure éga­le­ment l’étude et le petit déjeu­ner du matin. Sa per­son­na­li­té solide et ras­su­rante fait mer­veille auprès de ce petit monde qui demande beau­coup d’attentions.

Il a rejoint l’équipe lors de la ren­trée 2016 – 2017 après un par­cours de vingt ans dans l’armée de terre et une réin­ser­tion dans la vie civile où il s’occupait de trans­ports. Une opé­ra­tion de la main s’étant mal dérou­lée, Emma­nuel s’est vu dans l’obligation de prendre une retraite.

C‘est dans notre région, grâce à un ami, qu’il est venu s’installer et a décou­vert le Col­lège Domi­nique Savio. Son auto­ri­té natu­relle, sa gen­tillesse et sa connais­sance des ado­les­cents en font une figure apai­sante qui veille sur les nuits du col­lège.