ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Quelques clés pour garder le contact avec votre adolescent.

 

Joce­lyne et Chris­tophe durant la conférence

Le 25 mars 2017, Chris­tophe Labrousse don­nait une confé­rence sur : « Com­ment conser­ver les clés du dia­logue avec un ado­les­cent » à Saint-Léger de la Mar­ti­nière. Une assis­tance de parents d’élèves et d’enseignants étaient pré­sents pour entendre ses conseils. Les clés du dia­logue sont nom­breuses. Nous vous en don­nons quelques-unes par­mi celles citées cet après-midi-là.

Faire des choses ensemble. Ce sont sur­tout les gar­çons qui se plaignent de ne rien faire avec leur père. Je conseille aux papas de trou­ver le temps, d’emmener de temps à autre leur fils déjeu­ner à l’extérieur. S’il y a plu­sieurs enfants, réité­rer l’opération : emme­nez-les sépa­ré­ment. Faites du sport avec lui ou bien allez assis­ter à un match ensemble. Ce dont les enfants souffrent le plus aujourd’hui ; c’est du manque d’attention et de recon­nais­sance. Vous n’imaginez pas le bien que vous lui faites en lui accor­dant de l’attention.

Chez l’adolescent, il y a une volon­té de se mesu­rer à l’adulte. Il ne faut pas lais­ser la vio­lence s’installer à la mai­son et ne pas se lais­ser trai­ter n’importe com­ment. Une fois que la colère est tom­bée, on peut envi­sa­ger de dis­cu­ter. La cui­sine est l’endroit pro­pice à la dis­cus­sion, c’est un lieu agréable avec de bonnes odeurs au moment où l’un des parents est en train de cui­si­ner. C’est un lieu qui per­met de désa­mor­cer les situa­tions de conflit. Et quand une dis­cus­sion impor­tante doit avoir lieu à deux, votre enfant et vous, c’est en voi­ture que cela doit se faire. Si le gamin monte à côté de vous, c’est par­fait. Il regarde le pay­sage (parce qu’aujourd’hui les enfants ne regardent plus en face) et vous vous concen­trez sur la route tout en l’écoutant.

Si un gamin se met très fort en colère, ne ren­trez pas dans son jeu, sinon cela pren­dra des pro­por­tions énormes. L’enfant veut en découdre et il est dans la pro­vo­ca­tion. Ne réagis­sez pas et faites autre chose s’il essaye de vous par­ler. Il faut prendre le contre­pied, le désar­mer : « De quel droit te per­mets-tu de me par­ler comme ça ? » ou bien : « Quand tu seras cal­mé, nous pour­rons par­ler » ou encore : « Tu es en colère ? Va te cal­mer dehors, je ne veux pas de vio­lence chez moi ». Et sur­tout, ne jamais l’envoyer dans sa chambre qui est son domaine. La chambre doit être un havre de paix, et non la pièce aux punitions.

Les enfants vivent chez vous, ils ne sont pas libres de faire n’importe quoi. La chambre est le domaine de votre enfant, l’endroit où il va se poser, le lieu de la quié­tude et de repos, certes, mais cela ne lui donne pas le droit d’y faire n’importe quoi. N’allez pas dans leur chambre quand ils sont absents. En revanche, si c’est le bazar, allez‑y en leur pré­sence et faites leur consta­ter l’état des lieux en leur deman­dant de ran­ger, de mettre le linge sale dans le sac pré­vu à cet effet, etc. et en leur rap­pe­lant que leur mère n’est pas la bonne. S’il ne veut pas ran­ger, pré­ve­nez-le que vous allez le faire à un moment où il ne sera pas là et que vous ran­ge­rez en fai­sant du vide. Il a été pré­ve­nu. C’est impor­tant. Si on pro­met tou­jours sans rien faire, on ne le construit pas et il part dans tous les sens.

Don­nez l’exemple. Vous ser­vez de modèle à votre enfant, il faut le trai­ter avec le même res­pect que celui que vous atten­dez de sa part.

Il n’est pas ques­tion de lais­ser votre ado­les­cent uti­li­ser un lan­gage ordu­rier. Deman­dez-lui : « De quel droit te per­mets-tu de me par­ler de la sorte ? » Rap­pe­lez-lui quelle est sa place, éven­tuel­le­ment avec un sché­ma et dites-lui : « Reste à ta place. Je t’interdis de m’insulter. »

Déjouez l’isolement. N’équipez pas trop sa chambre. N’y met­tez pas la télé­vi­sion ni la console de jeux, sinon vous ne mai­tri­sez plus rien et vous confor­tez son iso­le­ment. Ins­tal­lez-les dans le salon où vous pour­rez du coin de l’œil sur­veiller ce qui se passe.

La confiance est une des clés de l’éducation, mais atten­tion vos enfants sont jeunes, ils ont besoin que vous éta­blis­siez des règles cohé­rentes car ils ont besoin d’être sécu­ri­sés. Quand ils sortent, indi­quez-leur un horaire pour le retour. Si néces­saire, expli­quez-leur le pour­quoi de l’horaire indi­qué, mais ne vous jus­ti­fiez pas.

Ins­ti­tuez des rites : l’heure des repas et du cou­cher sont des élé­ments impor­tants de son équilibre.

CDS News

Si le thème des « Clés pour conser­ver le dia­logue avec votre ado­les­cent » vous inté­resse, sachez que Chris­tophe Labrousse se déplace à la demande pour don­ner des confé­rences. Il vous suf­fit de prendre contact avec lui au Col­lège Savio.

www.ecolesavio.fr