ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Quand le travail scolaire devient une affaire de famille

Le mot du pédagogue

Cette période de confi­ne­ment sera pleine d’en­sei­gne­ments pour cha­cune et cha­cun d’entre nous…

Deman­der aux enfants, confi­nés chez eux, de conti­nuer à tra­vailler comme s’ils étaient à l’é­cole relève du par­cours du com­bat­tant… Qui plus est pour les parents ou familles d’ac­cueil qui doivent s’im­pro­vi­ser ensei­gnants presque du jour au len­de­main… Ce n’est pas facile car, pour des enfants, on est élève à l’é­cole, mais pas à la mai­son… Cepen­dant, la situa­tion est tel­le­ment com­plexe et inédite qu’ils n’ont pas le choix que de tra­vailler à la mai­son afin de ne pas trop prendre de retard dans le pro­gramme sco­laire encore trop lourd à mes yeux. De plus, nous sommes à la fin du second tri­mestre, et le pro­gramme de l’an­née sco­laire bat son plein.

Je ne revien­drai pas sur tout ce que j’ai écrit dans les articles pré­cé­dents, mais je remer­cie les familles qui ont tout mis en œuvre pour accom­pa­gner au mieux, sco­lai­re­ment, les enfants.

Quelques exemples !

- En effet, quand j’ai deman­dé aux enfants de pré­pa­rer un expo­sé sur « les migra­tions dans le monde » (en vue de la venue de l’As­so­cia­tion « Aide et Action »), ce sont plu­sieurs familles qui se sont mises à effec­tuer des recherches sur inter­net, puis à orga­ni­ser l’ex­po­sé. Je suis ravi lorsque les parents me l’écrivent.

- Ensuite, quand je donne une oeuvre musi­cale à écou­ter et un des­sin à effec­tuer pen­dant ladite écoute, ce sont plu­sieurs fra­tries qui se mettent à des­si­ner ensemble, et je reçois tous les des­sins, même ceux des enfants « non Savio­tins », à étu­dier et à noter. Un autre exemple : celui d’une maman qui écoute la musique et des­sine en même temps que son fils. Une fois les des­sins ter­mi­nés, elle me les envoie. N’est-ce pas un superbe moment de par­tage qui per­met de nouer d’autres liens au sein de la famille ?

- En Espa­gnol, pour les Savio­tins de 5e dont c’est une ini­tia­tion, ou même en Anglais où les enfants ne sont pas tou­jours à l’aise, ce sont les parents qui aident à tra­duire un texte ou à faire réci­ter les mots encore inconnus.

Je pour­rais encore vous faire par­ta­ger d’autres exemples de ce type, mais vous l’au­rez com­pris : la valeur du par­tage, sur­tout en cette période de confi­ne­ment où nous sommes plus fra­giles, voire plus vul­né­rables, est essen­tielle pour nos jeunes élèves qui ont besoin d’être moti­vés sans cesse, de trou­ver du sens à leur tra­vail sco­laire car tra­vailler à la mai­son, pour beau­coup, est loin d’être simple…

Chris­tophe Labrousse

Direc­teur-Fon­da­teur de l’É­cole-Col­lège Domi­nique Savio