ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Et encore la boîte à outils de Christophe Labrousse !

 EXTRAIT DE L’OUVRAGE « DONNER DU SENS À L’ÉCOLE D’AUJOURD’HUI »

Devant la néces­si­té de réin­ven­ter beau­coup de choses dans le domaine de l’éducation en rai­son d’un confi­ne­ment pro­lon­gé, Chris­tophe Labrousse a choi­si de pos­ter sur le site de l’École-Collège Savio des extraits de « la boîte à outils » pro­po­sée dans son der­nier ouvrage publié aux Edi­tions du Pan­théon : « Don­ner du sens à l’école d’aujourd’hui ». En prendre connais­sance per­met­tra aux parents de dis­po­ser de solu­tions simples, immé­dia­te­ment appli­cables pour résoudre les situa­tions aux­quelles ils sont confron­tés.

Com­ment réagir face à un mau­vais bul­le­tin ?

Les parents ont pris connais­sance du bul­le­tin et de l’état géné­ral de leur ado­les­cent. La situa­tion n’est pas dra­ma­tique, mais ils se demandent tout de même com­ment agir pour qu’elle ne se répète pas.

Il faut de nou­veau rendre l’adolescent acteur. Regar­der avec lui ce qui ne va pas, poin­ter ensemble les fac­teurs qui ont pu influen­cer ses résul­tats : un coup de fatigue, un pro­blème fami­lial, des bavar­dages… Cette mise à plat per­met à l’adolescent de se ras­su­rer et de se réap­pro­prier ce qui se passe : les mau­vaises notes ne sont pas subies, elles ne tombent pas du ciel. Il existe un lien entre les évé­ne­ments et il est pos­sible d’agir pour chan­ger le cours des choses. L’adolescent ne se pose pas en vic­time, mais en acteur. Il peut à nou­veau se pro­je­ter dans l’idée de pro­grès.

Les notes sont rela­tives, il faut prendre de la dis­tance par rap­port à elles et être atten­tif aux appré­cia­tions de l’enseignant qui peuvent aler­ter sur les dif­fi­cul­tés de l’adolescent.

Accom­pa­gnez l’enfant dans ses efforts. Ce n’est pas par la répro­ba­tion et la répres­sion qu’on arrive à don­ner le goût du tra­vail à un ado­les­cent. C’est bien plu­tôt en le valo­ri­sant dans ses pro­grès et en l’ac­com­pa­gnant au quo­ti­dien. Cela demande une cer­taine dis­po­ni­bi­li­té des parents. Si les devoirs étaient faits avec une tierce per­sonne, peut-être faut-il reprendre les rênes pen­dant un temps et accom­pa­gner l’adolescent dans un cli­mat bien­veillant en fixant des objec­tifs pro­gres­sifs.

Savoir écou­ter son enfant quand il est prêt à s’ouvrir

Si vous sen­tez que votre enfant est prêt à vous par­ler, soyez dis­po­nible. Arrê­tez ce que vous faites et écou­tez-le. Éta­blis­sez une com­mu­ni­ca­tion entre vous deux, seuls, au calme dans la cui­sine ou en voi­ture, l’habitacle étant moins inti­mi­dant qu’un tête-à-tête clas­sique. Ou bien regar­dez un film avec lui, sans par­ler, sur son ordi­na­teur par exemple. Ou bien dans le salon, mais pas au ciné­ma où il faut voir et per­sonne ne parle. Vous serez éton­né de consta­ter que cette situa­tion est pro­pice à la dis­cus­sion.

Chris­tophe Labrousse

Ce livre peut être com­man­dé chez votre libraire ou direc­te­ment au 06 31 99 30 51

« Don­ner du sens à l’école d’aujourd’hui » – Prix : 15,90€ – 166 pages – Ed du Pan­théon