ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Une septième semaine de confinement placée sous le signe du questionnement…

Le mot du péda­gogue

Que nous soyons jeunes ou moins jeunes, à la veille de cette sep­tième semaine de confi­ne­ment, il est bien légi­time de se poser moult ques­tions par rap­port à l’a­ve­nir… Les effets d’an­nonces puis de contre-annonces sur les médias ne ras­surent per­sonne, bien au contraire… Un trop grand nombre de per­sonnes que j’ai au télé­phone par le biais de l’é­cole ou du Cercle des Parents pas Car­rés, sur la com­mune, me disent avoir le moral en berne, s’en­nuyer et res­sen­tir le besoin de pleu­rer… Je peux les com­prendre, mais ce n’est sur­tout pas le moment de flan­cher !

On nous parle de décon­fi­ne­ment certes, mais toutes les infor­ma­tions qui se contre­disent sur ce sujet n’aident pas à y voir clair, à pou­voir dis­cer­ner ; elles ne per­mettent pas de com­prendre l’or­ga­ni­sa­tion qui va se mettre en place. C’est flou, même si cette situa­tion inédite ne faci­lite abso­lu­ment pas la tâche de nos gou­ver­nants. De plus, je trouve que les médias, depuis ven­dre­di, sont très anxio­gènes : on nous montre des repor­tages peu ras­su­rants ; on uti­lise des mots qui « per­cutent » les télé­spec­ta­teurs. Alors, je vous pro­pose plu­tôt d’é­cou­ter les infor­ma­tions à la radio ou de lire la presse écrite : elles sont plus suc­cintes évi­dem­ment, mais l’es­sen­tiel est dit.

En tant que péda­gogue, je m’in­ter­roge sur le retour des enfants à l’é­cole le 11 mai… Lors d’une allo­cu­tion télé­vi­sée du Pré­sident de la Répu­blique, ce der­nier a mar­te­lé cette phrase : « Nous sommes en guerre ». Mais alors, lors d’une guerre jus­te­ment, est-ce que ce sont les enfants que l’on envoie sur le front ?

Et en tant que père d’en­fants sco­la­ri­sés, je m’in­ter­roge, et c’est bien légi­time, me semble-t-il ? J’at­tends avec impa­tience le dis­cours de notre Pre­mier ministre pour répondre à mes ques­tions et pour essayer d’a­pai­ser mes craintes.

Alors, pen­dant cette sep­tième semaine de confi­ne­ment, je vous invite à écou­ter de la musique et à faire de la médi­ta­tion : cela apaise bien des maux. En effet, les enfants, et même les adultes, sont aujourd’­hui agi­tés, dis­per­sés, stres­sés. De plus, on nous annonce une semaine bien agi­tée sur le plan météo­ro­lo­gique. Alors, il faut trou­ver la solu­tion pour apai­ser tout le monde. Com­ment apprendre à nos jeunes à se concen­trer, à se libé­rer de cette situa­tion étrange et anxio­gène, à « faire le vide » ? La médi­ta­tion est un outil simple et effi­cace. Elle s’a­dapte par­fai­te­ment aux besoins des uns et des autres et pro­cure des béné­fices scien­ti­fi­que­ment vali­dés. Vous pou­vez aller consul­ter des sites sur inter­net ou lire le livre d’E­line Snel : « Calme et atten­tif comme une gre­nouille ».

Faites des choses qui vont vous apai­ser ! Vous seul(e)s déte­nez la clé : vous vous connais­sez et savez bien ce qui peut vous cal­mer, apai­ser vos ten­sions. Je vous fais confiance ! Si vous avez des ques­tions, n’hé­si­tez pas à m’ap­pe­ler !

Bonne médi­ta­tion !

Chris­tophe Labrousse

Direc­teur-fon­da­teur de l’École-Collège Savio