ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Une exceptionnelle journée culturelle à Savio

Le 20 mars 2019, Michael Paul Zemour était aux com­mandes de la jour­née cultu­relle savio­tine. Une jour­née pleine d’enseignements qui res­te­ra dans la mémoire des Savio­tins.

Michael Paul Zemour consa­cra la mati­née à par­ler aux Savio­tins de sa vie. Com­ment, éle­vé dans une grande et belle mai­son avec pis­cine à Mia­mi, avec une vie qui pou­vait paraître sans pro­blème de l’extérieur, il s’est retrou­vé pro­je­té du jour au len­de­main dans un uni­vers hos­tile et confron­té mal­gré son jeune âge à des pro­blèmes d’adultes.

Il apprend ain­si un soir en ren­trant du ciné­ma, alors qu’il a une dou­zaine d’années, que son père a été assas­si­né et qu’il appar­te­nait à la maf­fia. Sa mère, alcoo­lique, ne pour­ra le pro­té­ger pas plus que son frère ou sa sœur. Il ne va plus pou­voir comp­ter que sur lui-même car son oncle Gil­bert, qui dans un pre­mier temps s’occupe de lui, sera lui aus­si assas­si­né. Après cette brève étape pari­sienne auprès de son oncle, la famille doit se cacher en Espagne, puis c’est le retour à Mia­mi, mais il était deve­nu infré­quen­table. Dans ce pays de la déme­sure que sont les Etats-Unis, il consomme les drogues les plus vio­lentes pour anes­thé­sier sa dou­leur et devient accro.

L’engrenage est rapide : il connait une véri­table des­cente aux enfers et, à 18 ans, il est seul et à la rue. De telle sorte qu’il consi­dère que la pri­son, où il pas­se­ra cinq ans de sa vie, lui fait fina­le­ment du bien : il côtoie d’autres per­sonnes et il apprend à vivre en socié­té. S ‘il n’y avait pas eu la pri­son, il se serait pro­ba­ble­ment fait mas­sa­crer dans les quar­tiers chauds de Mia­mi.

IMG_0371

Il ne sur­vi­vra à tout cela que grâce à lui-même, à son intel­li­gence et sa capa­ci­té à bien rai­son­ner, ce qui est assez remar­quable pour un indi­vi­du qui s’est for­mé seul.

L’axiome de départ est simple : « Si je ne m’en sors pas tout seul, per­sonne d’autre ne le fera pour moi » ou encore « On a tous la res­pon­sa­bi­li­té de faire quelque chose de sa vie. ». Et s’il ne croit pas en lui qui d’autre y croi­ra ? Il apprend à s’aimer, à deve­nir son meilleur ami et à sa sor­tie de pri­son, il monte un groupe de musique qui se pro­duit sur les scènes de Mia­mi tout en se trou­vant un job régu­lier. La musique joue un rôle impor­tant depuis l’enfance, elle va deve­nir essen­tielle à sa sur­vie. Devant le risque d’une 33e condam­na­tion pour cam­brio­lage qui refait sur­face grâce à un pro­cu­reur tei­gneux, il s’enfuit en France en 1997, avec en tout et pour tout une valise et sa gui­tare et repart à zéro. Ce n’est pas évident. Aux États-Unis, il était consi­dé­ré comme un étran­ger ; en France aus­si. Il part à la recherche de sa mère et apprend qu’elle est décé­dée. Période dif­fi­cile où pour avoir un ave­nir il faut faire les bons choix. Il se pose la ques­tion « Pour quoi suis-je fait ? » Cela lui a paru le plus impor­tant à déter­mi­ner avant d’aller plus loin, savoir ce qui le ren­dait vrai­ment heu­reux et qu’il ferait le mieux. Il enre­gistre alors son pre­mier album.

Après cet expo­sé sur les dif­fi­ciles débuts de sa vie, Michael répon­dit aux nom­breuses ques­tions des Savio­tins dont cer­taines furent très per­ti­nentes. Citons celle de Zina qui lui deman­da de résu­mer sa vie en trois mots et à qui Michael finit par dire après mûre réflexion : « Avant, après et main­te­nant ».

L’après-midi fut consa­cré à la musique. Les Savio­tins assis­tèrent à l’installation du maté­riel par Michael et Lucie sa com­pagne qui chante avec lui et assure la ryth­mique. Le couple inter­pré­ta des titres des dif­fé­rents albums de Michael, cinq à ce jour en tenant compte de celui qui sor­ti­ra en sep­tembre pro­chain, pour le plus grand plai­sir des Savio­tins. Puis Michael joua en duo avec William, un Savio­tin qui joue du pia­no. La jour­née se ter­mi­na par une longue séance de dédi­caces et de réponses aux ques­tions que posèrent à nou­veau les élèves, mais concer­nant la musique cette fois.

CDS News – 25 mars 2019