ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Michael Paul Zemour à Savio

L’auteur-interprète Michael Paul Zemour alias Zem, dont le pro­chain EP sor­ti­ra à la ren­trée ren­dra visite le 20 mars aux élèves de l’École-Collège Savio à Saint-Léger de la Mar­ti­nière.

Dans le cadre de la jour­née cultu­relle du mer­cre­di, Michael vien­dra par­ler aux Savio­tins, de la rési­lience et leur mon­tre­ra, preuve vivante à l’appui, qu’il est pos­sible mal­gré un démar­rage dif­fi­cile dans l’existence de se construire une vie décente et enri­chis­sante. Qu’est-ce que la rési­lience ? Le pre­mier sens de ce mot désigne la résis­tance d’un maté­riau aux chocs. Pour un indi­vi­du, c’est un phé­no­mène psy­cho­lo­gique consis­tant à prendre acte d’un évé­ne­ment trau­ma­ti­sant et à par­tir de là de rebon­dir et de se recons­truire. C’est exac­te­ment ce qui est arri­vé à Michael.

Né en 1971 en Israël, dans une famille aty­pique, son père et ses quatre frères furent les sei­gneurs de la pègre à Paris des années 1960 à 1970, il émigre avec ses proches en Flo­ride alors qu’il est encore très jeune, deux de ses oncles ayant été liqui­dés dans des règle­ments de compte mafieux. En 1983, son père est assas­si­né à Mia­mi. Son oncle Gil­bert décè­de­ra la même année dans des condi­tions simi­laires.

A l’époque, Michael n’est encore qu’un enfant. Il va vivre une véri­table des­cente aux enfers qu’il décrit dans son auto­bio­gra­phie Dream or die (1) . Après un cer­tain nombre de grosses bêtises, d’addictions à la drogue et au crack, il se retrouve en pri­son et pas­se­ra cinq ans dans un péni­ten­cier des Ever­glades où les condi­tions de déten­tion sont par­ti­cu­liè­re­ment dures.

Dès son enfance, il s’est pas­sion­né pour la musique et c’est la musique qui va le sau­ver. Il dit d’ailleurs : « Je ne fais pas de la musique, c’est la musique qui me fait. La musique m’a tou­jours don­né ce dont j’avais besoin pour que je puisse don­ner de l’amour à ceux qui ne pou­vaient pas en avoir » C’est en pri­son qu’il va com­men­cer à chan­ter, accom­pa­gné de sa gui­tare, les chan­sons qu’il écrit. La musique lui per­met de s’évader, le sport de se faire res­pec­ter. Grâce à la boxe, il va façon­ner son corps et deve­nir un ath­lète aguer­ri. De même, il par­ti­ra à la recherche de sa per­son­na­li­té pro­fonde et façon­ne­ra son âme.

Michael a force d’intelligence et de volon­té a réus­si à par­cou­rir un long che­min dont il est sor­ti vain­queur.

Une musique salvatrice

Le par­cours musi­cal de Michael se construit entre les Etats-Unis et la France. Il fré­quen­te­ra les scènes de Mia­mi et tour­ne­ra pen­dant plu­sieurs années avec des groupes locaux. Reve­nu en France, il publie son pre­mier album Hea­vy Dur­ty Bur­dens en 2004. Puis vien­dront Free­dom Machine, Pri­vate Ses­sions, et Watch your step. Son 5e EP : Moon­light, qu’il signe de son véri­table nom Michael Paul Zemour, paraî­tra à la ren­trée 2019. Lucie, sa com­pagne dans la vie, chante à ses côtés. Cet album d’une grande qua­li­té est d’un style plus épu­ré que les pré­cé­dents, mais néan­moins plein d’émotion et reflète l’apaisement que Michael a trou­vé à vivre dans l’île de Ré.

C’est en musique que Michael ter­mi­ne­ra son inter­ven­tion à Savio, don­nant un aper­çu aux Savio­tins de son talent qui auront droit à un concert unique !

Cathe­rine Bré­jat –  2019

(1) Dream or die – Edi­tions JC Lat­tès, 2007

Pho­to en ouver­ture de l’ar­ticle : Ben Dau­chez