ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Les compétences à travailler lors du déconfinement

Mot du péda­gogue

Durant huit semaines, nous nous serons retrou­vés tota­le­ment confi­nés, chez nous, loin de toute vie sociale. Etre confi­né, cela veut dire, être enfer­mé, pri­son­nier, pri­vé de toute liber­té « exté­rieure »…

Il nous a fal­lu apprendre à vivre « en vase clos », donc à se sup­por­ter, ce qui n’a pas été tou­jours facile… En effet, quand on isole quel­qu’un sen­so­riel­le­ment alors qu’il ne le sou­haite pas ou qu’il n’y est pas pré­pa­ré, cela res­treint obli­ga­toi­re­ment la sti­mu­la­tion de son cer­veau… Si cela dure trop long­temps, cela va pro­vo­quer des angoisses et des décom­pen­sa­tions psy­cho­lo­giques…

Alors, la ques­tion que nous pou­vons nous poser en tant que pro­fes­sion­nels de l’é­du­ca­tion est de savoir dans quel état psy­cho­lo­gique allons-nous retrou­ver nos élèves en classe ?

Main­te­nant que l’heure du décon­fi­ne­ment a son­né, et que cer­tains enfants vont reprendre le che­min de l’é­cole, qu’un « sem­blant de vie » va reprendre son cours – mais à quel prix… -, à nous ensei­gnants, édu­ca­teurs et péda­gogues, sur le ter­rain, de trou­ver les réponses les plus adap­tées en fonc­tion de cette situa­tion inédite pour apai­ser les enfants. Le com­por­te­ment de ces der­niers ne sera que l’ex­pres­sion de leurs émo­tions ; s’ils n’ont pas appris à les contrô­ler petits, ils risquent d’ex­plo­ser par­fois.

En effet, notre rythme de vie, syno­nyme, comme j’aime à le répé­ter, de rite, se trouve alté­ré, donc dés­équi­li­bré par le confi­ne­ment. Avant le confi­ne­ment, nous nous plai­gnions car nous souf­frions du manque de temps. Aujourd’­hui, nous nous plai­gnons car nous avons trop de temps…

- Nos enfants sont pleins de vie ; ils ont envie de vivre ; ils bougent, et c’est bon signe ! A cette occa­sion, les plus jeunes vont redé­cou­vrir le plai­sir d’al­ler à l’é­cole, et de retrou­ver les copines et les copains.

- Pour d’autres, retour­ner à l’é­cole, remettre les pieds dans la « vraie » vie peut se révé­ler très angois­sant, voire anxio­gène… L’im­pact psy­cho­lo­gique et socio­lo­gique sera plus ou moins impor­tant selon les dif­fé­rents tem­pé­ra­ments. Notre rôle en tant que parents va être de bien accom­pa­gner nos enfants et ce, bien en amont du décon­fi­ne­ment, en leur posant pleins de ques­tions sur leur res­sen­ti par rap­port :

- au coro­na­vi­rus

- au confi­ne­ment

- au fait d’a­voir été pri­vé du monde exté­rieur

- au décon­fi­ne­ne­ment

- etc.

Il faut leur per­mettre d’ex­pri­mer leurs émo­tions en les apai­sant de la manière sui­vante : « Ok, j’en­tends tes émo­tions et les reçois, mais sache qu’a­vant le confi­ne­ment, tu étais capable de vivre dans le monde exté­rieur, dans la socié­té qui ne te fai­sait pas peur. Aus­si, je t’in­vite à fer­mer les yeux, à prendre la machine à remon­ter le temps – que j’af­fec­tionne toute par­ti­cu­liè­re­ment – et à t’i­ma­gi­ner à l’é­cole, entou­ré de tes copines, de tes copains, de tes profs, etc. ». Ou encore : « Fais-toi confiance et fais-moi confiance ; tu y arri­ve­ras ! » Ou même : « Tes craintes sont légi­times, mais tu vas les sur­mon­ter ; nous serons là pour t’ac­com­pa­gner de notre mieux ! » Des phrases de ce type apai­se­ront les enfants.

Ensuite, le port du masque n’est pas ano­din… Il repré­sente un frein, une bar­rière entre nous et l’autre (mais c’est pour le bien de cha­cun !) ; il va fal­loir l » « appri­voi­ser » et l’ac­cep­ter car il demeure une entrave à notre liber­té, à notre res­pi­ra­tion…

Alors, quelles com­pé­tences à tra­vailler avec les enfants après ce décon­fi­ne­ment ?

Je met­trai l’ac­cent sur les com­pé­tences sui­vantes :

- la créa­ti­vi­té

- la maî­trise de soi

- la prise de recul

- le connais­sance de soi

- la prise d’i­ni­tia­tive

- la res­pon­sa­bi­li­té et la res­pon­sa­bi­li­sa­tion

- la socia­bi­li­té

- l’ou­ver­ture d’es­prit

- le lâcher-prise

- la confiance

- l’op­ti­misme

Cette liste est non exhaus­tive bien évi­dem­ment, mais je pri­vi­lé­gie­rai, en pre­mier lieu, ces com­pé­tences.

Chris­tophe Labrousse, péda­gogue

Direc­teur-fon­da­teur de l’É­cole-Col­lège Savio