ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

Savio à 25 ans

Le Cercle des parents pas Carrés

École des parents

Dans l’es­prit des édu­ca­teurs de Savio, l’é­cole et les parents doivent évo­luer en même temps, se com­plé­ter pour for­mer un tout au ser­vice de l’é­pa­nouis­se­ment de l’enfant.

25 ans : Fondation de l’école des parents

Si, il y a une cin­quan­taine d’an­nées, la vie était plus dif­fi­cile, l’au­to­ri­té ne se contes­tait pas au sein de la famille. Le sta­tut de la femme, la place de l’en­fant, les sépa­ra­tions, l’ac­cé­lé­ra­tion du rythme des acti­vi­tés pro­fes­sion­nelles ou de loi­sirs… sont autant de réa­li­tés qui ont bou­le­ver­sé le monde dans lequel jeunes et adultes évo­luent aujourd’hui.

Les choses ne vont ni mieux ni plus mal pour autant ; elles sont sim­ple­ment dif­fé­rentes, mais aus­si sou­vent plus dif­fi­ciles à gérer pour des parents confron­tés à leurs incer­ti­tudes, voire par­fois au désar­roi.
Et la pan­dé­mie, que nous subis­sons de plein fouet, n’ar­range guère la situa­tion… elle crée davan­tage de doute…

Pourquoi créer une école pour les parents ?

De fait, se sen­tant dépas­sés, cer­tains vou­draient com­prendre, échan­ger avec d’autres parents, savoir com­ment réagir face à leurs ado­les­cents, être sûrs de ne pas faire fausse route par un com­por­te­ment inadapté. 

C’est de ce constat qu’est née, de manière très spon­ta­née, dans l’es­prit de parents de Savio­tins, l’i­dée d’une « école des parents ». Le fac­teur déclen­chant fut plus pré­ci­sé­ment le témoi­gnage d’une mère de Savio­tin, lors d’une confé­rence que je don­nais. A la fin de son inter­ven­tion, cette maman pré­ci­sa qu’à son avis, il était « grand temps de créer une école des parents ».

Le Cercle des Parents pas Carrés

En 2003, nais­sait « le Cercle des Parents pas Car­rés », une appel­la­tion trou­vée par un père d’é­lève. Ce nom me plaît bien, d’une part parce qu’il évoque le titre de mon film culte, de l’autre parce que, sous cou­vert d’un cer­tain humour, trans­pa­raît la conscience qu’ont ces parents de leurs limites et de leurs dérives bien invo­lon­taires.

Réunions de réflexion pour les parents

L’école des parents pro­po­sait, à l’é­poque, deux fois par an (en mars et en octobre), des week-ends de réflexion autour de thèmes sug­gé­rés par les parents :

  • la place de l’en­fant au sein d’une fratrie,
  • le rôle du père,
  • le rôle de la mère, des grands-parents,
  • les rap­ports enfant/école/famille, etc.

Interventions de professionnels

Je traite moi-même ces sujets, en sol­li­ci­tant aus­si quel­que­fois des
inter­ve­nants exté­rieurs, comme des méde­cins ou d’autres thé­ra­peutes.

Ces ren­contres ont lieu sans les enfants ; elles sont ouvertes à toutes les per­sonnes inté­res­sées, qui sont alors héber­gées et nour­ries à Savio.
Elles prennent la forme de moments déten­dus où s’ins­taurent aus­si
d’in­té­res­sants échanges d’ex­pé­riences.

Contact au sein de l’école des parents

Tout au long de l’an­née, les familles des Savio­tins peuvent éga­le­ment
contac­ter les deux coor­di­na­trices de l’é­cole des parents, des mamans de
Savio­tins. Toutes deux peuvent être jointes dans l’an­née. Elles sont en
géné­ral pré­sentes à Savio à la ren­trée des classes et lors de la fête de
fin d’an­née.

Liens sup­plé­men­taires entre les familles et les édu­ca­teurs, ces coor­di­na­trices se chargent, par exemple : 
  • de sou­le­ver des pro­blèmes par­ti­cu­liers qu’elles auraient décelés.
  • de deman­der des for­ma­tions spé­ci­fiques dont le besoin se serait fait sen­tir par des parents.

Un lien et un liant famille/école

Les actions du Cercle des Parents pas Car­rés sont des­ti­nées à faci­li­ter une meilleure com­pré­hen­sion des enfants, à favo­ri­ser une écoute mutuelle per­met­tant de résoudre des conflits. J’a­voue être très satis­fait de cette ini­tia­tive qui va dans le sens de l’ou­ver­ture et de la trans­pa­rence que je sou­hai­tais et, bien sûr, de la com­plé­men­ta­ri­té famille/école qui me semble indispensable.

Rose-Marie Auvray Pédagogue

Sur notre site inter­net de l’é­poque, figu­rait un témoi­gnage repro­duit ci-des­sous. Il a été écrit par Rose-Marie Auvray, une péda­gogue recon­nue et qui s’ap­puyait une la méthode Frei­net. J’ai ren­con­tré Rose-Marie par hasard dans les années 2000. Elle avait enten­du par­ler de l’école-col­lège Domi­nique Savio et sou­hai­tait me ren­con­trer. Nous avons donc lon­gue­ment échan­gé lors d’un dîner à Angou­lême. Convain­cue par ma moti­va­tion et ma vision de l’é­du­ca­tion, Rose-Marie m’a beau­coup aidé dans la mise en place et l’or­ga­ni­sa­tion de l’é­cole des parents, se pro­po­sant spon­ta­né­ment pour inter­ve­nir lors des pre­miers week-ends de rencontres.

Voi­ci donc ce qu’elle écri­vait, en 2004 : 

« Qui aurait pu pro­nos­ti­quer cela il y a 50 ans ?

Pour­quoi une école des parents aujourd’­hui et pas hier ?

Est-ce à dire que les parents d’hier étaient plus éclai­rés, plus solides
que les parents d’au­jourd’­hui ?

Certes pas, il faut com­pa­rer ce qui est com­pa­rable.

Nos aïeux ont sans doute vécu dans un monde hos­tile, dur phy­si­que­ment,
mais un monde moins com­plexe, moins instable que le nôtre, et avec des
res­pon­sa­bi­li­tés qui se pla­çaient sur d’autres ter­rains que ceux
d’au­jourd’­hui. Hier, au sein de la famille, la puis­sance pater­nelle
s’im­po­sait
, elle ne se contes­tait pas.

Aujourd’­hui, le sta­tut et la place de la femme, autant que ceux de
l’enfant, ont consi­dé­ra­ble­ment chan­gé la donne. L’une et l’autre (la
femme et l’en­fant) ont leur place, ils ont leur mot à dire et… ils le
disent ! Quel bou­le­ver­se­ment ! Et cela en si peu de temps.

Est-ce que pour autant tout va mieux ? Loin de là. Et c’est parce
qu’au­jourd’­hui, bon nombre de parents réclament du sou­tien, de l’aide,
demandent à mieux com­prendre, demandent à se par­ler entre eux, demandent
l’avis de spé­cia­listes, de pro­fes­sion­nels, qu’ap­pa­raît la néces­si­té,
voire l’ur­gence, de ne pas lais­ser des parents seuls face à leur désar­roi.

Chris­tophe Labrousse a depuis long­temps tiré la son­nette d’a­larme car,
un grand nombre de parents venant à lui, il est en pre­mière ligne. Comme
c’est un homme de réflexion, mais sur­tout un homme d’ac­tion et de
géné­ro­si­té, la créa­tion d’une école des parents, à La Ber­tra­mière, s’est
impo­sée, comme une évi­dence.

Déjà une ving­taine de parents, au cours de deux week-ends, ont tra­vaillé
ensemble et le pro­fit qu’ils en ont tiré les a conduits, eux aus­si, à
une évi­dence :

« Ce qui a été bon pour nous, disent-ils,

peut l’être pour d’autres parents ».

En les accom­pa­gnant, durant ces deux week-ends, j’ai été témoin de leur
che­mi­ne­ment. Leurs inter­ro­ga­tions, leurs incer­ti­tudes, par­fois leur
mal-être ont pro­gres­si­ve­ment fait place à des réas­su­rances, des
encou­ra­ge­ments, des espoirs.

Les trop nom­breux doutes qui les sub­mer­geaient ont fait place à quelques
cer­ti­tudes qu’ils se sont for­gées.

Durant les deux pre­miers week-ends, l’é­cole des parents a été un espace
et un temps où cha­cun a pu poser sa parole avec confiance, de plus en
plus de confiance au fil des heures, car cha­cun veillait à ce que la
parole de l’autre soit accueillie avec bien­veillance, sans juge­ment, et
avec l’accom­pa­gne­ment des ani­ma­teurs et du groupe.

Tout parent peut s’of­frir cela :

- un temps comme sus­pen­du

- un moment entre paren­thèses, dans le calme et la quié­tude du lieu

Je vous y encou­rage car je sais que, pour vous aus­si, il y aura une clé
pour réus­sir à mieux com­prendre vos enfants.

Rose-Marie Auvray, Pédagogue, le 01 Juin 2004.

Cette femme remar­quable avait vécu mai 68, un mou­ve­ment dans lequel elle s’é­tait impli­quée plus par­ti­cu­liè­re­ment avec une vision fémi­niste et en par­lait d’au­tant mieux qu’elle ana­ly­sait à pos­te­rio­ri  et avec beau­coup de bon sens les côtés posi­tifs de cette période, mais aus­si ses effets per­vers. Paral­lè­le­ment, j’é­tais par­ve­nu à une prise de conscience simi­laire qui, d’ailleurs, se confirme au fil des ans et des expériences. 

Association École des parents

Aujourd’­hui, au bout de toutes ces années, le Cercle des Parents pas Car­rés est deve­nu une asso­cia­tion loi 1901, offi­ciel­le­ment depuis  le mois de sep­tembre 2017, date du lan­ce­ment offi­ciel de cette école des parents ouverte à toutes et tous, que vous soyez parents de Savio­tines et de Savio­tins, ou pas.

Je vous laisse décou­vrir, sur le site de Savio, à la rubrique « Ecole des parents », tout ce que nous pro­po­sons aujourd’­hui : quelle belle évolution !

Christophe Labrousse

Fondateur et Directeur de l’Ecole-Collège Dominique Savio

Président de l’association Le Cercle des Parents pas Carrés

Le Cercle des parents pas Carrés
Logo Savio