ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Discours de bienvenue, rentrée des classes du 4 septembre 2019

C’est avec un très grand plai­sir que je vous accueille, pour cette 24e année, dans ce petit coin de cam­pagne Deux-Sèvrienne, dans une école pas comme les autres : l’école-collège Domi­nique Savio. Une école dans laquelle cha­cun arrive avec son sac-dos, par­fois plus ou moins lourd ! Une école où l’on ne juge pas ; une école qui ne triche pas ; une école qui vous donne des outils de tra­vail qui vous ser­vi­ront tout au long de votre vie ; une école qui est celle de la vie, mais de la vraie vie ! Ce n’est pas le pays des Bisou­nours – loin de là – mais, si vous nous faites confiance, le sac s’allègera peu à peu ! C’est une cer­ti­tude. Nous savons ce qu’il faut faire pour que les échecs soient der­rière vous. Vous tour­nez une page. Nous ne nous occu­pe­rons pas de ce que vous avez fait pré­cé­dem­ment et nous ne sommes pas là pour vous juger, mais vous aider afin que vous puis­siez repar­tir sur de bons rails. Après vingt-trois années d’observation, d’écoute, de remise en ques­tion, de réajus­te­ments, je suis sûr de ce que j’avance aujourd’hui, devant vous, et la péda­go­gie savio­tine a fait ses preuves !

Comme dans les années pré­cé­dentes, nous vous accueillons en musique, celle qui jux­ta­pose les notes et crée l’harmonie, celle qui apaise les ten­sions, favo­rise l’écoute et engendre la confiance. La musique tient une place impor­tante dans notre péda­go­gie : elle sera mise à l’honneur dans la pro­chaine comé­die musi­cale que les enfants inter­prè­te­ront sur scène les 13, 20 et 23 novembre, je veux par­ler de « Bla­blas­car School ».

Au nom de l’équipe édu­ca­tive, au nom des membres du Conseil d’administration, soyez les bien­ve­nus, « nou­veaux » et « anciens » Savio­tins ! Que cette nou­velle année sco­laire vous soit douce et pro­fi­table, qu’elle réponde à vos attentes et qu’elle vous per­mette de prendre votre envol, qu’elle vous donne l’opportunité de vous réa­li­ser ! C’est tout ce que je sou­haite ! Savio doit être, avant tout, pour cha­cun et cha­cune d’entre vous, un trem­plin dans votre vie d’élève !

Aujourd’hui, nous démar­rons notre 24e ren­trée sco­laire, signe que notre péda­go­gie répond aux attentes des jeunes et des familles. Les outils sont effi­caces et font leur preuve.

1 – UNE PÉDAGOGIE QUI ÉVOLUE SANS CESSE

  • le non négo­ciable per­met de cla­ri­fier toute situa­tion
  • Nous allons faire en sorte de vous ame­ner à rai­son­ner plu­tôt que de vous lais­ser ren­trer dans le conflit.
  • Nous allons vous pro­po­ser de faire des choix afin que vous mesu­riez les consé­quences de vos déci­sions et de vos actes. En effet, à tra­vers le choix, nous deman­de­rons aux enfants de d’engager, ce qui les condui­ra à la réflexion. De plus, après la récréa­tion, vous rédi­ge­rez un contrat d’engagement avec l’équipe sur le « vivre ensemble » à Savio.

2 – UNE PÉDAGOGIE QUI POSE LE CADRE ET TRAVAILLE SUR L’AUTONOMIE

Jusqu’aux vacances de la Tous­saint, nous tra­vaille­rons essen­tiel­le­ment sur le cadre et l’autonomie. Par­mi nos objec­tifs :

  • Sécu­ri­ser
  • Res­pon­sa­bi­li­ser
  • Faire vivre les consé­quences des actes des enfants
  • Éta­blir la confiance envers le pro­fes­seur ou l’éducateur
  • Éta­blir la confiance envers l’école tout sim­ple­ment
  • Nous tra­vaille­rons sur la maî­trise du res­pect afin de créer l’empathie et l’esprit de de cama­ra­de­rie : des ate­liers de médi­ta­tion et d’empathie seront mis en place cette année.
  • À Savio, nous allons à la racine de la racine ; il nous faut avoir le sens de la sim­pli­ci­té dans les cours pour être com­pris de nos élèves. Aujourd’hui, encore plus qu’avant il faut stop­per la vio­lence grâce à un voca­bu­laire appro­prié.

3 – UNE ÉQUIPE ÉDUCATIVE QUI VA SUIVRE 4 FORMATIONS

Cette année, nous sui­vrons la for­ma­tion ayant pour thème « Apprendre à apprendre au prisme des intel­li­gences mul­tiples » dont les objec­tifs sont les sui­vants :

  • Être capable d’identifier le pro­fil d’apprenant de chaque élève : ses intel­li­gences fortes et celles à déve­lop­per
  • Être capable de pro­po­ser des che­mins péda­go­giques diver­si­fiés et adap­tés au pro­fil d’apprentissage de chaque élève
  • Être capable d’accroître l’autonomie des élèves dans leur capa­ci­té d’apprendre à apprendre.

4 – NOS OBJECTIFS

Notre objec­tif pre­mier est d’apprendre rapi­de­ment à vous connaître afin de savoir com­ment vous fonc­tion­nez pour vous nour­rir en fonc­tion de qui vous êtes. Sans juge­ment de notre part, puisqu’à Savio – et c’est l’une de nos forces -, nous ne sommes pas là pour vous juger, ni vos copains d’ailleurs. Tout le monde est dans le même bateau et votre déno­mi­na­teur com­mun, c’est que vous éprou­vez des dif­fi­cul­tés à aimer l’école et à com­prendre son fonc­tion­ne­ment. Camille Bor­das disait : « La péda­go­gie est affaire de répé­ti­tions, et il faut du temps à quelqu’un pour apprendre qu’il est entiè­re­ment libre ».

- En effet, aujourd’hui, nos enfants ont besoin d’une édu­ca­tion qui leur per­mette d’aller moins vite et, sur­tout, d’apprendre à pen­ser. Les parents, le tis­su asso­cia­tif, spor­tif et cultu­rel ain­si que l’école doivent « ensemble » prendre la mesure de l’enjeu. Notre démo­cra­tie, la consti­tu­tion du bien com­mun, le sau­ve­tage de notre pla­nète de plus en plus mena­cée néces­sitent de nou­velles pra­tiques édu­ca­tives – dont je parle dans mon livre « Don­ner du sens à l’école d’aujourd’hui » et une place à la réflexion, à la lec­ture et au débat.

En effet, il faut réin­ven­ter l’école d’aujourd’hui. Nos constats sont simples mais réels : la baisse du niveau de nos enfants est alar­mante et conte­nir une classe qui s’apparente à une cocotte-minute devient de plus en plus dif­fi­cile. Alors, à nous édu­ca­teurs, ici, à Savio, de créer du lien afin de per­mettre à nos élèves de don­ner du sens à l’école. En effet, le plus sou­vent, les élèves ne tiennent pas en place – et je ne parle ni de la vio­lence, ni de l’agressivité chez cer­tains -, le pro­fes­seur devant pas­ser son temps à ten­ter de construire et de réta­blir un cadre struc­tu­rant. Il est sou­vent conduit à pra­ti­quer une péda­go­gie « à la va-vite », cou­rant de l’un à l’autre pour répé­ter indi­vi­duel­le­ment une consigne pour­tant don­née col­lec­ti­ve­ment, cal­mant les uns, remet­tant les autres au tra­vail. Il est vam­pi­ri­sé par une demande per­ma­nente d’interlocution indi­vi­dua­li­sée. Il s’épuise à faire bais­ser la ten­sion pour obte­nir l’attention. Dans le monde du zap­ping et de la com­mu­ni­ca­tion « en temps réel », avec une sur­en­chère per­ma­nent des effets qui sol­li­citent la réac­tion pul­sion­nelle immé­diate, il devient de plus en plus dif­fi­cile de « faire l’école ». Alors, à Savio, nous avons fait le choix d’éduquer autre­ment.

  • « L’éducation que nous rece­vons consti­tue le ciment de notre deve­nir ».
  • Avec les membres de l’équipe édu­ca­tive, nous sommes là pour vous nour­rir intel­lec­tuel­le­ment. Soyez des éponges ; imbi­bez-vous de tout ce que nous allons vous apprendre. À Savio, on ne chute pas de niveau ; nous allons vous nour­rir, vous aider à construire une pen­sée, « votre » pen­sée, celle qui vous est propre et qui fera de cha­cune et de cha­cun d’entre vous des femmes et des hommes libres ! L’éducation n’est pas que la trans­mis­sion des savoirs, elle apprend aus­si à être au monde, à être soli­daire, à être citoyen.
  • La socié­té a évo­lué consi­dé­ra­ble­ment ces der­niers mois ; ce n’est pas pour autant qu’elle est pire aujourd’hui qu’il y a trente ans, mais il faut savoir s’adapter très vite à tous les chan­ge­ments quels qu’ils soient. Cette adap­ta­bi­li­té fait par­tie des valeurs que Savio inculque à ses élèves et c’est très impor­tant de deve­nir les bâtis­seurs de demain.
  • Notre école des parents Le Cercle des Parents pas Car­rés prend tout son sens dans la mesure où elle doit redon­ner aux parents les fon­da­men­taux édu­ca­tifs. L’autorité est en crise parce qu’elle est indi­vi­dua­li­sée et qu’elle n’est plus sou­te­nue par une pro­messe sociale par­ta­gée : cer­tains parents n’élèvent plus leurs enfants dans le sou­ci du col­lec­tif, mais en vue de leur épa­nouis­se­ment per­son­nel uni­que­ment. Mais c’est loin d’être suf­fi­sant… Aujourd’hui la pro­messe sco­laire est gal­vau­dée et le « tra­vaille tu réus­si­ras » ne fait plus recette. L’école, qui est une ins­ti­tu­tion, est deve­nue un ser­vice. Le pacte de confiance entre l’institution sco­laire et les parents est rom­pu : l’école n’est pas un mar­ché dans lequel il faut recher­cher le meilleur rap­port qualité/prix. Elle vaut mieux que cela.
  • Réins­ti­tu­tion­na­li­ser l’école est notre nou­veau défi à Savio : il faut y amé­na­ger des situa­tions sus­cep­tibles de sus­ci­ter les pos­tures men­tales du tra­vail intel­lec­tuel. Il est essen­tiel d’y scan­der le temps et l’espace, d’y struc­tu­rer les col­lec­tifs, d’y ins­ti­tuer des rituels capables de sup­por­ter l’attention et d’engager l’intention d’apprendre.
  • Comme je l’écris dans mon der­nier livre, nous devons ensuite recon­qué­rir le plai­sir de l’accès à l’art, à l’œuvre. La mis­sion de l’école ne doit pas se réduire à l’acquisition d’une somme de com­pé­tences, aus­si néces­saires soient-elles, mais elle relève de l’accès à la pen­sée. Et c’est par la média­tion de l’œuvre artis­tique, scien­ti­fique ou tech­no­lo­gique que la pen­sée se struc­ture et découvre une jouis­sance, celle du par­tage.
  • Aujourd’hui, à tra­vers les nou­velles tech­no­lo­gies, les écrans et les infor­ma­tions ins­tan­ta­nées – par­fois non véri­fiées – en boucle, nous avons fabri­qué des élèves qui veulent tout savoir. Mais ils ne veulent pas vrai­ment apprendre. Un exemple : pour faire une pho­to­gra­phie nette, nul n’a besoin de cal­cu­ler le rap­port entre la pro­fon­deur de champ et le dia­phragme, puisque l’appareil le fait tout seul… N’oublions pas que tout appren­tis­sage, toute recherche engendrent la satis­fac­tion. Nos jeunes aujourd’hui, ne savent plus faire preuve de créa­ti­vi­té, ce qui fait qu’ils ne prennent plus de plai­sir à aller à l’école, à apprendre, qu’ils n’y trouvent ni lien, ni sens … On parle davan­tage de com­pé­tences que de connais­sance à l’école, et c’est là que l’on fait fausse route. À nous, ici, à Savio, de per­mettre aux élèves, grâce à la péda­go­gie mise en place, d’être créa­tifs à tra­vers un panel de connais­sances très large. La loi Jos­pin, en 1989, a pla­cé l’élève au centre du pro­ces­sus d’apprentissage ; aujourd’hui, ce sont les savoirs qui doivent être mis au centre, l’élève et l’enseignant se posi­tionnent autour de ces savoirs.

5 – PRÉSENTATION DU PROJET PÉDAGOGIQUE 2019 – 2020 ET SES PARTICULARISMES

Vous l’aurez com­pris : notre Pro­jet péda­go­gique doit répondre aux exi­gences édu­ca­tives et péda­go­giques évo­quées pré­cé­dem­ment.

Chris­tophe Labrousse

4/9/2019