ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Apprendre à un jeune à se responsabiliser.

Le mot du péda­gogue

Lors des ren­dez-vous indi­vi­duels que j’or­ga­nise au sein de notre école des parents « le Cercle des Parents pas Car­rés », sou­vent les parents me parlent de puni­tions qu’ils peuvent don­ner à leur enfant. Je réponds tou­jours que la puni­tion n’est pas for­cé­ment effi­cace, contrai­re­ment à ce qu’ils peuvent pen­ser, car elle n’ap­prend pas à l’en­fant à ne plus recom­men­cer son geste ni à modi­fier son com­por­te­ment.

Il est pré­fé­rable, à mon sens, d’op­ter pour la répa­ra­tion des faits. Et, pour que celle-ci soit édu­ca­tive, c’est à l’en­fant lui-même de pro­po­ser la forme de la répa­ra­tion et de l’exé­cu­ter. Une méthode qui l’ai­de­ra éga­le­ment à apprendre la notion de res­pon­sa­bi­li­té. La répa­ra­tion peut être maté­rielle ou sym­bo­lique ( par des excuses et des gestes). Elle doit aus­si être adap­tée au type et à la gra­vi­té de l’in­frac­tion et peut s’ef­fec­tuer une fois que l’en­fant sera cal­mé. Par exemple, avant de répa­rer telle ou telle bêtise, si l’en­fant est en colère et repré­sente un dan­ger pour lui, mais éga­le­ment pour les autres (la famille, la fra­trie, l’in­ter­nat, etc.) car il frappe, il doit être mis à l’é­cart : cela l’ai­de­ra à se cal­mer. Une fois cal­mé, l’en­fant pour­ra alors mettre les mots sur sa colère et sera apte à répa­rer les dégâts com­mis par son com­por­te­ment.

Afin que cette répa­ra­tion ait du sens, il est impé­ra­tif de rap­pe­ler les règles de la bonne conduite en lien avec la bêtise du jeune.

A Savio, il est indis­pen­sable de tenir cette ligne de conduite.

Chris­tophe Labrousse