ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

L'école des parents

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Une école des parents à votre disposition dans les Deux-Sèvres

Chris­tophe Labrousse, direc­teur-fon­da­teur de l’École-Collège Domi­nique Savio, a créé une école des parents « Le Cercle des Parents pas Car­rés ». Depuis le 16 sep­tembre 2017, cette école consti­tuée en asso­cia­tion loi 1901 a été offi­ciel­le­ment lan­cée sous le même nom devant les élus du dépar­te­ment des Deux-Sèvres. Cette asso­cia­tion s’adresse :

  • à tous les parents d’élèves ou per­sonnes ayant la garde légale d’enfants
  • aux grands-parents qui ont un rôle capi­tal à jouer, dif­fé­rent de celui d’il y a trente ans, tout en pré­ci­sant les limites de leur inter­ven­tion, car ils ne sont pas là, sauf dis­pa­ri­tion des parents, pour éle­ver leurs petits-enfants
  • aux membres amis appor­tant à l’association leur appui moral et/ou matériel
  • aux pro­fes­sion­nels de l’éducation (agents des écoles, ATSEM, assis­tantes mater­nelles, etc.)
  • aux pro­fes­sion­nels du monde médi­cal s’intéressant à l’éducation et au bien-être des enfants
  • à celles et ceux que l’éducation passionne

Le but de la créa­tion de cette asso­cia­tion est de pou­voir répondre aux ques­tions que vous vous posez en tant que parents, d’aborder les thé­ma­tiques qui vous concernent et de vous épau­ler dans la dif­fi­cile tâche d’élever un enfant.

L’évolution de la société

La socié­té a énor­mé­ment évo­lué, elle est en pleine muta­tion et les vic­times en sont les enfants parce que les adultes sont hap­pés par leurs acti­vi­tés pro­fes­sion­nelles et ont du mal à suivre. La tech­no­lo­gie, en pre­mier lieu, est un han­di­cap pour les parents. Nos enfants sont nés avec et ils ont dans le cer­veau une case qui cor­res­pond à ce type d’activité. Chez les parents, ce n’est pas inné. Le pro­blème est que cela les fait pas­ser aux yeux de leurs enfants pour des « has been ». Il y a cin­quante ans, aucun parent ne se trou­vait dans la situa­tion de deman­der de l’aide à son enfant pour un pro­blème infor­ma­tique par exemple. Aujourd’hui, ils sont ame­nés à le faire. Alors, le parent qui doit tou­jours res­ter maître du jeu ne l’est plus lorsqu’il ren­contre un pro­blème d’ordinateur.

Nous sommes dans une socié­té dans laquelle tout va très vite et où une infor­ma­tion n’attend pas l’autre. Nous ne devons pas, nous autres adultes, faire par­ta­ger nos pro­blèmes à nos enfants et les pla­cer à notre niveau. Les jeunes géné­ra­tions n’ont pas une concep­tion claire de ce que repré­sente l’éducation d’un enfant. Or, un enfant demande beau­coup d’attention. Il va gran­dir et deve­nir auto­nome et les jeunes parents ne com­prennent plus. Des enfants qui gran­dissent sans cadre sécu­ri­sant et dans la toute puis­sance deviennent des enfants tyrans. Il n’y a pas plus mal­heu­reux que ces enfants-là. Ils ont mis en place une stra­té­gie, consciente ou pas, pour signa­ler à leurs parents qu’ils sont en dan­ger. Là, l’école des parents a un rôle à jouer.

 Les enfants ont besoin d’avoir un cadre et c’est ce que nous allons leur don­ner à tra­vers les conseils indi­vi­duels et  les confé­rences-débats du Cercle des Parents pas Car­rés. Le cadre est une colonne ver­té­brale qui les sécu­rise et va leur per­mettre d’avancer et d’avoir conscience de leurs actes. Tout, tout de suite, ce n’est pas pos­sible. Or la géné­ra­tion de nos enfants ne connaît que cela. Les réseaux sociaux c’est tout, tout de suite. Il faut arrê­ter de ser­vir nos enfants, car on les dessert.

L’un des pre­miers objec­tifs de l’école des parents sera de com­prendre pour­quoi les enfants sont violents.

Trou­ver l’équilibre de l’enfant quel que soit le modèle familial

Nous pos­sé­dons deux jambes. S’il en manque une, nous per­dons l’équilibre. Pour les parents, que cela plaise ou non, c’est la même chose : l’enfant a besoin de ses deux parents. Si je regarde les modèles fami­liaux actuels, nous avons :

La famille tra­di­tion­nelle avec deux parents

La famille recom­po­sée avec deux parents sépa­rés, mais une belle-mère ou un beau-père. Le rôle de la belle-mère n’est pas facile. D’ailleurs, il n’est jamais facile, il suf­fit de lire les contes de Per­rault ou des frères Grimm pour s’en rendre compte.

La famille mono­pa­ren­tale avec des parents sépa­rés et un papa com­plè­te­ment absent la plu­part du temps. Pour que l’enfant soit équi­li­bré, il faut qu’il y ait dans l’entourage de la maman un modèle mas­cu­lin pou­vant ser­vir de réfé­rent : un oncle, un grand-père quoique je ne sois pas trop en faveur du grand-père, il a une autre res­pon­sa­bi­li­té à assu­rer, un ami. Ce peut être un par­rain, sans for­cé­ment d’implication reli­gieuse, le bap­tême répu­bli­cain repre­nant ici tout son sens. Il faut que la maman puisse s’appuyer sur une per­son­na­li­té mas­cu­line, sinon elle va deve­nir un véri­table pun­ching ball parce que les gar­çons ont besoin de repères et de s’identifier, plus que la fille qui sait où elle va dès le départ. Le gar­çon a besoin d’exemplarité.

La famille homo­pa­ren­tale néces­si­tant un réfé­rent soit mas­cu­lin, soit fémi­nin selon le sexe du couple, car les enfants vivant dans ce cadre sont en perte de repères.

La Famille d’accueil, dont on ne parle jamais. Aujourd’hui, de plus en plus d’enfants sont confiés à des familles d’accueil par ce que les parents se trouvent débor­dés et baissent les bras.

En tant que parents, il faut que l’on redonne du sens, qu’on se remette en ques­tion et que l’on se pose les bonnes ques­tions : quel sens je donne à ma vie, quel sens je donne à l’éducation de mon enfant, quel sens je donne à sa vie. L’école des parents doit vous per­mettre de savoir où vous en êtes aujourd’hui.

LES DIFFÉRENTES ACTIVITÉS DU CERCLE DES PARENTS PAS CARRÉS

Le  Cercle des Parents pas Car­rés assure 

  • des per­ma­nences à Niort ( à par­tir des vacances de la Tous­saint et sur ren­dez-vous) qui sont des lieux d’écoute et d’information en toute confi­den­tia­li­té et orientent vers des pro­fes­sion­nels lorsque cela est nécessaire
  • Enri­chit régu­liè­re­ment la biblio­thèque dont elle dis­pose, pro­po­sant des ouvrages spé­cia­li­sés sur la famille et les pro­blèmes de la parentalité
  • édite régu­liè­re­ment des lettres d’information des­ti­nées à aider les parents dans les pro­blèmes récur­rents qu’ils ren­contrent et à leur four­nir des clés. Ces docu­ments sont dis­po­nibles sur un sup­port papier au siège de l’association ou en ver­sion numé­rique. Les thèmes actuel­le­ment trai­tés sont les suivants :

Puis­sance et dan­gers du virtuel

Les « dys » ou 2 fois 5

Com­prendre son adolescent

Les modèles familiaux

Don­ner du sens

La pho­bie scolaire

Le pro­fil de l’adolescent

Nos enfants se dis­putent sans arrêt

Le rôle pré­cur­seur des grands-parents

Peut-on tout dire à son enfant ?

Redon­ner confiance à son adolescent

Les rup­tures de la vie

  • Pro­gram­més 5 fois par an des ate­liers ou confé­rences-débats au cours des­quels sont trai­tés les thèmes fon­da­men­taux à la com­pré­hen­sion et l’évolution de l’enfant ain­si qu’à ses rela­tions avec ses parents, ate­liers ani­més par Chris­tophe Labrousse lui-même ou par des inter­ve­nants, pro­fes­sion­nels de l’éducation ou psy­cho­logues, sol­li­ci­tés pour enri­chir les débats. Ces ate­liers durant les­quels les parents peuvent inter­ve­nir explorent un thème don­né et leur pro­posent des solu­tions ou clés pour résoudre une situa­tion cri­tique. Ces clés consti­tue­ront au fil des séances une boîte à outils uti­li­sable par les parents en fonc­tion de chaque situation.

Les sujets trai­tés lors de l’année sco­laire 2018 – 2019 ont été les sui­vants : « Com­ment abor­der les sujets tabous en famille » et « Com­ment accom­pa­gner les rup­tures », inter­ve­nant Chris­tophe Labrousse, « Com­ment accueillir les émo­tions de l’enfant », « Coopé­rer au sein de la famille » et « Res­tau­rer l’estime de soi », trois ate­liers ani­més par Émi­lie Michel, psy­cho­logue et coach parentale.

Les thèmes rete­nus pour l’année 2019 – 2020 n’ont fina­le­ment été que de deux en rai­son de la pan­dé­mie : « Parents, savoir dire non. Ados, apprendre à dire non. »« Com­ment vivre avec les écrans. »

Les thèmes qui seront trai­tés durant l’année sco­laire 2020 – 2021 sont les sui­vants : « Etre parent c’est faire ce que l’on a avec ce que l’on est », « Etre parent c’est savoir poser un cadre », « Le pro­fil de l’ado en 2021 », « J’ai mal à la tête… J’ai mal au ventre… Qu’est-ce que cela signi­fie ? », « Des clés pour accom­pa­gner son ado aujourd’hui. »

  • Par ailleurs, Chris­tophe Labrousse anime depuis 2013 une émis­sion heb­do­ma­daire consa­crée à l’éducation sur la radio asso­cia­tive D4B. Celle-ci, inti­tu­lée “L’Éducation et vous !”a lieu tous les mar­dis, de 14h à 15h et peut être enten­due en Pays Mel­lois et Nior­tais. Durant une heure, le direc­teur de l’École-Collège Savio accueille des psy­cho­logues, des pédo­psy­chiatres et d’autres thé­ra­peutes et aborde des sujets édu­ca­tifs comme la péda­go­gie posi­tive, les tem­pé­ra­ments, les carac­tères, le pro­fil de l’adolescent, l’évolution des familles depuis la deuxième guerre mon­diale ou le lâcher prise. Il recom­mande éga­le­ment des ouvrages à lire et les résume éven­tuel­le­ment. Très à l’écoute, Chris­tophe Labrousse est inté­res­sé par les réac­tions de son public et accepte volon­tiers que celui-ci lui sug­gère des sujets d’émissions en fai­sant ain­si une véri­table émis­sion inter­ac­tive. (www.radiod4b.assoc.fr/presentation)

Pour toute infor­ma­tion com­plé­men­taire ou pour s’inscrire à l’association Le Cercle des Parents pas Car­rés, contac­ter Chris­tophe Labrousse au 06 31 99 30 51 ou par e‑mail : chrislabrousse@wanadoo.fr