ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Placer des mots sur les maux en cette période de déconfinement…

Le mot du péda­gogue

Depuis plu­sieurs semaines, le décon­fi­ne­ment s’est amor­cé, et nous consta­tons que le retour à la « vraie vie » s’ac­com­pagne de tour­ments plus ou moins pro­fonds chez cer­tains jeunes.

Si nous ana­ly­sons la situa­tion, le retour à l’é­cole se révèle plus com­pli­qué que pré­vu…

En effet, j’ai pu obser­ver chez les enfants, ces der­nières semaines, tant à l’é­cole qu’au sein de l’é­cole des parents, « le Cercle des Parents pas Car­rés », des réac­tions bien dif­fé­rentes, suite aux huit semaines de confi­ne­ment.

- Cer­tains d’entre eux ont acquis de la matu­ri­té, de la sagesse et pensent à vivre dif­fé­rem­ment ; ils res­pectent les gestes bar­rières et font atten­tion aux autres ; ils se posent pleins de ques­tions sur l’a­ve­nir en essayant, jus­te­ment, de trou­ver des réponses à leurs ques­tions : une nou­velle forme de matu­ri­té s’est invi­tée chez eux.

- D’autres se sont ennuyés pen­dant le confi­ne­ment ; ils n’ont pas su quoi faire pour trans­for­mer cet évé­ne­ment subi en posi­tif ; ils sont res­tés cen­trés sur eux-mêmes, ne mesu­rant pas les consé­quences du covid-19, se sen­tant « exté­rieurs » au pro­blème, répé­tant ce vieil adage : « ça n’ar­rive qu’aux autres ». De retour à l’é­cole, ils manquent cruel­le­ment de toni­ci­té – ils adoptent une pos­ture non­cha­lante – ; ils n’ont pas d’ap­pé­tence ; ils ne font pas preuve de bonne volon­té ; ils se moquent des gestes-bar­rières qu’il faut leur rap­pe­ler sans cesse. Il faut retra­vailler, chez eux, les notions de sens,de lien et de res­pon­sa­bi­li­sa­tion. Je pense qu’ils se sont retrou­vés bien seuls à cer­tains moments parce qu’ils refu­saient tout contact ou toute rela­tion avec leurs parents : ils se sont confi­nés « en eux-mêmes ».

-  D’autres enfin ont essayé de « bra­ver » le confi­ne­ment ; ils ont ten­té de s’or­ga­ni­ser un emploi-du-temps, de faire des choses dif­fé­rentes. Cepen­dant, sans que l’on s’en aper­çoive, ces jeunes ont pris beau­coup sur eux ; ils se sont retrou­vés face à eux-mêmes et, de retour à l’é­cole, la vio­lence semble avoir pris le pas sur leur quo­ti­dien, deve­nant les vic­times du confi­ne­ment. Un mal-être ambiant les assaille ; cer­taines his­toires per­son­nelles sont remon­tées à la sur­face… Bon­jour les dégâts…

En tant que parents ou pro­fes­sion­nels de l’é­du­ca­tion, il nous faut accom­pa­gner nos jeunes avec encore plus de vigi­lance ; les obser­ver et, au moindre signe « sus­pect » ou inha­bi­tuel, consul­ter un pro­fes­sion­nel. Dans quelques mois, nous serons capables, mal­heu­reu­se­ment, d’é­va­luer, les consé­quences néfastes de cette crise sani­taire sur notre jeu­nesse.

Il faut être capable de pla­cer des mots sur les maux !

Si vous sou­hai­tez être écou­tés, gui­dés et accom­pa­gnés, n’hé­si­tez pas à m’ap­pe­ler au 06 31 99 30 51.

Chris­tophe Labrousse, péda­gogue, direc­teur-fon­da­teur de l’É­cole-Col­lège Domi­nique Savio