Inscriptions encore possibles
pour la rentrée 2021-2022 ! 

ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

Accueil de nouveaux élèves en cours d'année.

L'école des parents

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

École des parents : compte-rendu de l’atelier du 28 septembre 2018

LE CERCLE DES PARENTS PAS CARRÉS

6e ate­lier– 28 sep­tembre 2018

COMPTE RENDU

Pré­sen­ta­tion de la for­ma­tion CAPÉ ( Cer­ti­fi­cat d’Aptitude pour deve­nir un Parent Éclai­ré) aux per­sonnes pré­sentes. For­ma­tion qui sera repous­sée de quelques semaines par apport aux dates pré­vues initialement.

Cette for­ma­tion ne démar­re­ra que lorsque cinq per­sonnes au moins se seront ins­crites car un mini­mum de par­ti­ci­pants est néces­saire pour les jeux de rôle qui auront lieu l’après-midi.

Pro­chaines dates du Cercle des Parents pas Carrés :

  • Le pro­chain ate­lier « Com­ment accom­pa­gner les rup­tures ? » aura lieu le 8 décembre , de 10 h à 12 h, avec la par­ti­ci­pa­tion d’Isabelle Jadaud.
  • Le 19 jan­vier : ate­lier « Com­ment accueillir les émo­tions des enfants ?» avec Émi­lie Michel
  • Chris­tophe Labrousse sera au Salon du Livre de Niort le 20 octobre où il ani­mer, l’après-midi, une confé­rence dont le thème est « Regards sur le han­di­cap » en pré­sence de Mme Michèle Bro­met-Camou, invi­tée d’honneur du Salon.

     –     Une nou­velle per­ma­nence est à l’étude avec la mai­rie de Saint-Maixent et Chris­tophe Labrousse a ren­dez-vous avec le maire de Niort le 22 octobre pour voir s’il est pos­sible d’ouvrir une per­ma­nence dans les locaux de la mairie.

_________________________________________________________

COMMENT ABORDER LES SUJETS TABOUS EN FAMILLE ?

Chris­tophe Labrousse indique aux par­ti­ci­pants que ce qui est impor­tant dans cet ate­lier c’est qu’ils puissent s’exprimer par rap­port à ces tabous. Qu’est-ce qu’un sujet tabou ? Y‑a-t-il encore aujourd’hui des sujets tabous  par rap­port à il y a dix ans ? Est-ce que cette notion a évo­lué ? Est-ce que les tabous sont les mêmes qu’il y a dix ou vingt ans ? Pre­nons l’exemple de la sexua­li­té. Si les men­ta­li­tés ont évo­lué, cela reste un sujet déli­cat en famille. Quant aux médias, ils s’en sont empa­ré et traitent le sujet avec des dérives très graves. Il faut donc vrai­ment en par­ler avec ses enfants.

Un sujet tabou est un sujet dont on ne peut pas par­ler parce qu’il dérange. Mais qui dérange-t-il ? Il dérange sou­vent plus le parent que l’enfant car les parents sont d’une géné­ra­tion où ces pro­blèmes n’étaient pas abor­dés ; ils ont été éle­vés avec une édu­ca­tion qui n’offrait que deux pro­po­si­tions : cela se fait ou cela ne se fait pas. Après les grands trau­ma­tismes de la Deuxième Guerre mon­diale et des guerres colo­niales, les enfants étaient éle­vés dans une « édu­ca­tion étouf­fée » où on ne par­lait pas des sujets qui fâchent. Nos grands-parents influen­cés par leur envi­ron­ne­ment met­taient en œuvre une édu­ca­tion qui leur parais­sait être la bonne réponse.

Aujourd’hui, la vio­lence est très pré­sente chez les enfants, les parents ne jouent pas leur rôle d’encadrement à la mai­son ; il fau­drait trou­ver une solu­tion via l’éducation. Il y a en édu­ca­tion actuel­le­ment une véri­table révo­lu­tion : ce n’est plus aux parents d’éduquer, mais aux enseignants.

La vio­lence est par­tout y com­pris dans les jeux. Le jeu nor­ma­le­ment est for­ma­teur. Dans le jeu, il y a un gagnant et un per­dant. En revanch, on ne dis­pose pas de trois vies comme dans les jeux vidéos, et il faut savoir perdre : on ne se rend pas mal­heu­reux pour un jeu !

Il faut abor­der tous les sujets avec ses enfants, y com­pris les « tabous ». C’est aux parents de le faire car les enfants, s’ils les abordent, sentent que cela met leurs parents mal à l’aise. C’est aux adultes de pro­vo­quer ces conver­sa­tions. Il faut savoir entendre ; c’est com­pli­qué parce que l’on a par­fois l’impression de ramer à contre-cou­rant, mais il faut sai­sir la balle au bond et aller au-devant de ses enfants. Les papas ont sou­vent du mal à abor­der les sujets tabous ; pour­tant c’est à eux de le faire car ils ras­surent et, aus­si, pour les mettre dans le coup de l’éducation.

Quels sont pour vous les sujets tabous ?

  • les secrets de familles (dont l’adultère)
  • l’abandon
  • Le han­di­cap

Com­ment abor­der le han­di­cap avec votre enfant. D’abord quel regard por­tez-vous sur le han­di­cap ? Quelles sont les clés que vous allez pou­voir don­ner à votre enfant ? Pour beau­coup de femmes, on assiste à un phé­no­mène d’identification face au han­di­cap. D’autres sont gênés. Le han­di­cap est un terme qu’il fau­drait reti­rer de la langue fran­çaise. Mieux vaut uti­li­ser le terme dif­fé­rent que celui de han­di­cap. Voi­là ce que l’on peut dire à un enfant : cette per­sonne han­di­ca­pée est née comme cela, c’est triste et mal­heu­reux, mais peut-être qu’un jour tu seras papa d’un enfant dif­fé­rent, que l’on voit souf­frir et pour lequel on ne peut rien faire.

Il ne faut jamais oublier que tout le monde peut se retrou­ver han­di­ca­pé à la suite d’un acci­dent ou d’une maladie.

  • la mala­die

Le can­cer est une mala­die ter­rible dont on voit les ravages. Il faut en par­ler en famille. C’est aux parents d’annoncer ce qui se passe, que le parent malade va perdre ses che­veux, être très fati­gué à cause des chi­mios… Il faut faire en sorte que la mala­die fasse par­tie du quo­ti­dien afin d’aider les enfants. Sinon ils vont se mettre à cau­che­mar­der et à faire des bêtises.

  • le sui­cide

Aujourd’hui, un ado­les­cent de 15 à 19 ans sur quatre met fin à ses jours. Pour un parent et sur­tout pour une mère qui a por­té l’enfant c’est into­lé­rable. Il faut sur­veiller, en par­ti­cu­lier lorsqu’il y a un ter­rain géné­tique favo­rable. Ce n’est pas une fata­li­té. Com­ment peut-on en par­ler avec ses enfants ? C’est dif­fi­cile car un enfant ne conçoit pas que l’on puisse mettre fin à ses jours. Une per­sonne est au fond du trou et trouve néan­moins le cou­rage de se don­ner la mort ; dif­fi­cile à com­prendre pour un enfant. On peut leur dire : cette per­sonne avait fini de vivre. On peut ajou­ter : on en par­le­ra plus tard et lais­ser le temps à l’enfant d’évoluer pour abor­der à nou­veau le sujet.

  • la vio­lence

Il y a un vrai pro­blème éco­no­mique dans le sec­teur des fabri­cants de jouets car aujourd’hui on n’achète plus un Play­mo­bil, mais un écran. Or le monde de l’informatique est un monde déjà tout créé, for­ma­té et qui empêche de réflé­chir par soi-même. Durant le temps pas­sé sur l’ordinateur, sur une tablette ou un écran, l’enfant est absent.

Il n’y a plus de trans­mis­sion des métiers manuels et la géné­ra­tion des 30 – 40 ans ne s’intéresse plus ni à la vie de leur com­mune, ni au monde asso­cia­tif. Les asso­cia­tions spor­tives s’inquiètent car de moins en moins de jeunes s’inscrivent pour faire du sport. Plus per­sonne ne s’engage.

  • la mort

C’est com­pli­qué pour un enfant de com­prendre la mort. Les contes de Per­rault et des frères Grimm sont mal­sains et pré­fi­gurent les jeux vidéos. Jusqu’à 4 ans, l’enfant n’a pas conscience de la mort, à par­tir de 5 ans il l’intellectualise. Il est impor­tant de par­ler de la mort parce que l’on y pas­se­ra tous. La mort fait par­tie de la vie. Pour en par­ler, on peut prendre l’exemple de la nature : au prin­temps les fleurs naissent, puis en automne les feuilles tombent. Les enfants ont sur­tout peur que leurs parents meurent. On entend par­fois des parents dirent à leur enfant « tu vas me faire mou­rir de peur ». Il ne faut pas uti­li­ser ces termes.

La vie conti­nue, la terre conti­nue de tour­ner. Nous ne sommes là que de pas­sage. Il faut dire à ses enfant s : « nous mour­rons  quand nous aurons fini de vivre ».

Il ne fut jamais par­ler de la mort dans la chambre de l’enfant ; il faut en par­ler autour d’une table, mais la voi­ture reste le meilleur endroit pour une conver­sa­tion de ce genre.

- les addic­tions (drogue, alcool, écran)

Ne jamais juger, mais expli­quer. Aujourd’hui 80% des ado­les­cents fument du shit dans les col­lèges. On n’a pas encore assez de recul pour bien appré­cier les ravages que cela va pro­vo­quer. L’alcool est une fuite. L’alcool, comme la drogue, apportent l’illusion du bien-être, la drogue encore plus d’où le dan­ger. C’est com­pa­rable aux jeux vidéos.

 

  • la sexua­li­té

Aujourd’hui, on est obli­gé d’expliquer à nos enfants ce que c’est que la sexua­li­té. Beau­coup ignorent ce que c’est que l’amour, d’éprouver un sen­ti­ment, de tom­ber amou­reux et confondent l’acte amou­reux et l’acte sexuel. Les hommes ont un véri­table tra­vail à faire pour que la femme ne soit pas consi­dé­rée comme un objet sexuel. Dans l’acte sexuel, il n’y a pas un domi­nant et un domi­né. Il faut insis­ter sur le res­pect dû à l’autre, c’est un res­pect mutuel. Il est néces­saire de faire prendre conscience aux enfants que l’on doit res­pec­ter l’autre.

Ne jamais embras­ser ses enfants sur la bouche ni leur impo­ser votre nudi­té. Il y a une fron­tière à ne pas dépas­ser, c’est de l’ordre de l’intimité, sinon cela fait des dégâts lorsque les enfants ayant gran­di se mettent en couple.

 

  • l’argent

Les enfants vivent chez vous. Il faut ins­tau­rer des règles et leur faire com­prendre entre autre que vous avez un bud­get que vous devez res­pec­ter. Sinon l’enfant est tout puis­sant chez vous et cela va engen­drer de l’agressivité et de la vio­lence. Il faut tou­jours leur rap­pe­ler le cadre. Vous pou­vez faire un contrat d’engagement avec vos enfants, comme c’est le cas à Savio avec les Savio­tins. Les règles doivent être clai­re­ment édic­tées. L’argent de poche n’est pas un dû. Les enfants ont des droits, mais ils ont aus­si des devoirs tout comme les parents.

  • Les sen­ti­ments

Les ado­les­cents ont du mal à expri­mer leurs sen­ti­ments ; c’est une période de leur vie où ils sont dans la pudeur. Pour­tant, il faut être vigi­lant quand ils com­mencent à avoir des coups de cœur. Il faut aus­si les infor­mer des trans­for­ma­tions que leurs corps vont subir. Ces sujets sont pri­mor­diaux pour leur construc­tion et ils doivent être conscients qu’ils ne vivent pas dans un monde de bisounours.

Ain­si lorsqu’ils quit­te­ront la mai­son fami­liale, ils seront auto­nomes et sau­ront faire la part des choses.