ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée depuis 27 ans

Accueil de nouveaux élèves en cours d’année.

Il reste des places en 6ème, 5ème et 3ème. Inscriptions sur rendez-vous au 06 31 99 30 51

Livres

élève en difficulté

Donner du sens à l’école d’aujourd’hui

Il ne s'agit pas de réformer l'école,
mais de la réinventer.

À la fois passionné et réaliste, Christophe Labrousse défend un modèle éducatif équilibré, mélange de modernité et de tradition afin de mener chaque élève vers l’épanouissement.

Une école différente

Après des expériences décevantes au sein de l’Éducation nationale, Christophe Labrousse comprend que sa vision humaniste de l’enseignement ne peut s’intégrer à ce milieu. De surcroît, interpellé par les échecs scolaires et les enfants qui décrochent, Christophe Labrousse crée en 1996 le collège Dominique Savio à Saint-Léger-de-la-Martinière, près de Melle.
L’établissement scolaire est hors-contrat, mais les programmes suivent rigoureusement ceux de l’Éducation nationale.

L’ouvrage “Donner du sens à l’école d’aujourd’hui” retrace la naissance de ce projet jusqu’à sa réalisation, une façon de mettre en lumière les points fondamentaux de son approche pédagogique, mais aussi d’insuffler le nécessaire optimisme pour faire que l’école de demain soit celle d’aujourd’hui.

Sauver les élèves en difficulté

Refusant tout dogmatisme, Christophe Labrousse conçoit intelligemment un nouveau système éducatif principalement adapté aux élèves et collégiens en grande difficulté.
Ainsi, les classes sont à effectifs restreints et les méthodes sont concrètes, vivantes et pensées afin de :

 

  • développer l’épanouissement personnel
  • permettre l’intégration sociale
  • donner une ouverture au monde

Le livre est disponible en format broché ou en format numérique.

“Combien en connaissons-nous de ces enfants qui, peu à peu mis sur la touche, cassés par le système, perdant totalement confiance en eux-mêmes et dans les autres, en viennent à prendre en grippe l’école, y compris leurs petits camarades ? Combien de gamins joyeux, intelligents se sont peu à peu refermés sur eux-mêmes et se sont mis à détester les autres et la vie  ? Combien de ces élèves considérés comme “hors norme” ont dérivé vers le rejet de l’École nationale, le comportement des enseignants qui baissent les bras engendrant celui du jeune désabusé et vice-versa, dans un cercle vicieux sans fin ? Je trouve cela absolument anormal. La jeunesse doit pouvoir s’exprimer avec vie et gaieté dans un foisonnement d’idées joyeux, débridé, qui n’exclut pas, bien au contraire, le respect de l’autre, de ses spécificités et différences. C’est pourquoi j’ai décidé de consacrer mon existence à faire bouger les choses à ma petite échelle.”

« Je fais remarquer que notre rôle d’éducateur consiste à sortir de l’ornière les élèves en difficulté ; ce à quoi ils me rétorquent qu’ils sont professeurs et non éducateurs. Qu’ont-ils alors à voir avec l’Éducation nationale ? Ne devrait-on pas parler plutôt d’Enseignement national ou mieux encore de Déversoir de connaissances national ? Cela finit, comme j’aurais dû m’y attendre, par une convocation dans le bureau du principal, qui m’explique que je n’ai rien compris, qu’en fait cette classe de 5e est une « classe poubelle » et que, malheureusement, ces classes sont indispensables. »

élève en difficulté