ÉCOLE COLLÈGE

SAVIO

École-Collège Savio

Une pédagogie novatrice et adaptée

CDS News

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Billet d’humeur de Christophe Labrousse

Quel sen­ti­ment étrange, aujourd’­hui, d’ar­ri­ver à Savio et de ne trou­ver per­sonne… Pas un cri, pas un bruit, rien… pas un enfant, pas un ado, pas de cui­si­nière, per­sonne… Si ! Juste Michel, notre agent d’en­tre­tien, qui véri­fie que tout est en ordre, que tout est répa­ré quand revien­dront les enfants ! Mais… quand les retrou­ve­rons-nous dans notre chère école ?
Comme je le soup­çon­nais, le dis­cours de notre Pré­sident de la Répu­blique n’a fait que confir­mer mes craintes : nous allons res­ter, cha­cune et cha­cun, à la mai­son et ce, pen­dant plu­sieurs semaines…
Nous allons devoir apprendre à vivre les uns avec les autres au quo­ti­dien, à se sup­por­ter, à inven­ter ou réin­ven­ter une nou­velle vie à la mai­son pour que tout le monde s’y sente bien, y trouve sa « juste » place afin d’é­vi­ter que tout n’ex­plose… Nous allons vivre au ralen­ti pen­dant plu­sieurs semaines… Le chô­mage dit « par­tiel » va tou­cher bon nombre d’entre nous, mais en vain… Cette situa­tion, il nous faut l’ac­cep­ter avec digni­té, humi­li­té et rési­lience. De toute façon, nous ne pou­vons rien faire d’autre !
Une fois que la situa­tion aura retrou­vé son calme d’i­ci à plu­sieurs semaines, que cha­cune et cha­cun repren­dra le cours « nor­mal » de sa vie, rien ne sera plus comme avant ; j’en suis cer­tain. Une cer­taine part d’in­no­cence nous aura quit­tés : nous ne pour­rons plus dire que « cela n’ar­rive qu’aux autres ».
Les familles dans leur propre fonc­tion­ne­ment auront évo­lué ; à par­tir de là, c’est toute une socié­té qui va chan­ger. Tenons-nous prêt(e)s à accep­ter ces futurs chan­ge­ments dont nous serons les propres acteurs.
Alors, inven­tons une nou­velle forme de soli­da­ri­té, d’ou­ver­ture vers nos proches et retrou­vons l’es­sen­tiel… Vaste sujet qui peut lais­ser per­plexe ou que certain(e)s ne pour­ront pas com­prendre… Cepen­dant, l’es­sen­tiel, nous l’a­vons au fond de nous-mêmes ; à nous de vou­loir en trou­ver la clé !
Pour reve­nir à notre école, à 13h45 cet après-midi, Caro­line arrive ; puis, c’est au tour de Manu sui­vi de Jor­dan, Cathe­rine, Chan­tal et Isa­belle. Nous nous sommes assis à bonne dis­tance les uns des autres. Je les avais convo­qués : « réunion de crise », comme le diraient cer­tains. Oui, en effet, il y a des déci­sions à prendre : celles qui ne font pas plai­sir, celles qui inquiètent, et ces déci­sions doivent être par­ta­gées ensemble. A nous de trou­ver la bonne clé, et nous la trou­ve­rons.
Mais, en ce qui concerne nos chers Savio­tines et Savio­tins, nous ne les lais­sons pas de côté puis­qu’ils vont avoir de nos nou­velles très, très régu­liè­re­ment : une feuille de route leur sera envoyée toutes les semaines – et ce dans toutes les dis­ci­plines – et ils pour­ront nous appe­ler tous les jours selon des plages-horaires que nous fixe­rons d’i­ci à mer­cre­di. Tout s’or­ga­nise !
La vie doit conti­nuer son cours, en s’a­dap­tant à tous ces aléas ; c’est ain­si que nous sau­rons vaincre cette épi­dé­mie de coro­na­vi­rus. Seule­ment, écou­tons les recom­man­da­tions (nous ne sommes pas plus forts que les autres), sui­vons les consignes et avan­çons ! Céder à la psy­chose n’est pas dans mes habi­tudes. La situa­tion est grave et pré­oc­cu­pante certes, mais mon­trons-nous dignes et forts face à cet évé­ne­ment auquel nous ne sommes jamais fran­che­ment pré­pa­rés.
Le but de toute vie n’est-il pas d’a­van­cer envers et contre tout, même si, par­fois, le doute nous enva­hit ; même si, par­fois, nous man­quons de force ?
Se lamen­ter sur son sort ne sert à rien : alors lisez, obser­vez la nature, appe­lez vos proches, jouez, orga­ni­sez-vous une vie simple, mais essen­tielle. Sur­tout, res­tez dans la confiance car, comme le dit ce vieil adage : « Après la pluie, le beau temps » !!!

Chris­tophe Labrousse

Direc­teur École-Col­lège Savio

79500 – Saint-Léger de la Mar­ti­nière